01 43 78 15 17

 

  contact@bilanconseils.com

Blog

 Financermonbateau.com

Souscription en ligne

Les solutions de financements des entreprises

Equity, Crédit bancaire, leasing, affacturage, crowdfunding…

Que ce soit pour démarrer une activité ou en développer d’autres, comment les entreprises se financent-elles ? Quelles solutions s’offrent à elles ? Apport personnel, crédit bancaire, leasing ou crédit-bail, affacturage, crowdfunding…, les options pour financer son démarrage ou sa croissance sont multiples bien que certaines soient méconnues. Le point donc sur les différentes solutions de financement des entreprises.

L’apport personnel et la « Love money »

Il va sans dire que la première source de financement des entreprises est l’apport personnel de l’entrepreneur. Ce capital initial permet ainsi de financer les premières dépenses dans le cadre de son projet de création d’entreprise. En plus, cet apport de départ atteste de la volonté et de l’engagement personnel du ou des fondateurs, un argument de taille pour convaincre les futurs investisseurs et partenaires financiers de la structure.

Autre alternative de financement professionnel : la « Love money ». Il s’agit des ressources issues de l’entourage du porteur de projet. En effet, la famille et les amis font également partie des premiers apporteurs de fonds pour le démarrage d’une société. Prêt familial, don, prise de participation en capital…, il peut prendre plusieurs formes. D’ailleurs, il donne droit à des avantages fiscaux, dont une réduction d’impôt sur le revenu de 18 % dans la limite de 50 000 €. Une raison de plus pour persuader ses proches d’investir dans son projet de création.

 

Le crédit bancaire

Lorsqu’il est question de rechercher un financement dans le cadre professionnel, le premier réflexe des entrepreneurs est de se tourner vers les banques. Solution traditionnelle de financement des entreprises, l’emprunt bancaire constitue en outre une valeur sure. Mais, encore faut-il arriver à convaincre l’établissement de crédit d’accorder ce prêt professionnel. C’est pourquoi il est primordial de présenter un dossier en béton et bien se préparer à l’entretien avec son banquier. Et ce, qu’il s’agit de demander un crédit à court, à moyen ou à long terme.

Bon à savoir

Peu importe le type de financement demandé (prêt amortissable, réserve de crédit, rachat de crédit…), afin de mettre toutes les chances de son côté pour sa recherche de financement, il convient de répondre à certains critères que les institutions bancaires imposent généralement aux entreprises :

  • Présenter un projet crédible et SMART (spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporellement défini)
  • Avoir une bonne santé financière (vérification de la solvabilité de la structure)
  • Proposer un business plan de qualité

Le financement participatif ou crowdfunding

Le crowdfunding ou financement participatif est une solution de financement de plus en plus prisée aujourd’hui des entreprises. De fait, ces dernières peuvent lever rapidement des fonds pour financer leur projet. Cette forme de financement professionnel est de plus un excellent moyen de tester la capacité de son projet de création ou de développement à convaincre.

Les sociétés peuvent compter sur plusieurs types de crowdfunding pour sa recherche de financement :

Le financement par le don ou reward crowdfunding

Cette forme de crowdfunding consiste pour un donateur à apporter son soutien financier à un projet entrepreneurial. Et cela, sans attendre un quelconque retour financier. Par contre, une entreprise peut donner une contrepartie, mais à titre symbolique (t-shirt ou goodie à l’effigie de la société…). L’on parle alors dans ce cas de donation avec contrepartie. Quant aux plateformes spécialisées dans ce type de crowdfunding, elles sont nombreuses. Il en est ainsi notamment de Kickstarter, Ulule ou encore KissKissBankBank.

À noter que le montant du financement par le don n’est pas plafonné.

 

Le prêt participatif ou crowdlending

Le crowdlending est un financement participatif qui se présente sous forme de prêt. Concrètement, il s’agit d’une opération P2B ou Peer-To-Business : un particulier (le grand public) prête de l’argent à une entreprise. De plus, par rapport à un crédit professionnel classique, il ne demande ni garantie ni caution personnelle. De même, il peut être avec ou sans intérêt.

Pour ce qui est des plateformes de crowdlending, elles se rémunèrent grâce aux commissions prélevées sur les fonds levés. Cela à la différence des plateformes de reward crowdfunding qui ne gagnent rien financièrement (et ne risquent rien non plus). Du reste, les plateformes spécialisées dans ce domaine ne manquent pas : Unilend, Lendix…

Le financement par prise de participation dans le capital ou crowdequity

L’equity est un type de crowdfunding qui permet à un investisseur de devenir actionnaire au sein de l’entreprise. C’est une solution de financement dédiée aux structures en plein développement qui peuvent proposer trois formes d’investissement :

  • Le crowdequity en capital ou l’investissement accessible : il permet à l’investisseur de prendre part au contrôle de la société grâce aux parts sociales qu’il a obtenues en échange de son investissement. Dès lors, il peut bénéficier d’une rémunération (droit aux dividendes et aux plus-values) comme tous les autres actionnaires de l’entreprise.
  • Le crowdfunding obligataire : réservé aux entreprises plus matures, ce type de crowdequity permet aux investisseurs privés (particuliers ou personnes morales) de prêter de l’argent moyennant un taux d’intérêt ou taux de coupon. Il constitue d’ailleurs une source de financement simple, souple et rapide pour la société émettrice d’obligations qui sont généralement sèches, c’est-à-dire non convertibles en capital.
  • L’investissement en royalties : à destination des entreprises sociales, cette forme d’equity permet à l’investisseur de se rémunérer via une commission sur le chiffre d’affaires.
  • Voici quelques exemples de plateformes de crowdequity reconnues : Anaxago, Sowefund, SmartAngels…

 

Attention ! D’après les dispositions de la loi du 31 octobre 2016, le plafond des investissements en equity est de 2 000 €.

 

L’affacturage ou factoring

Pour pallier à ses besoins de trésorerie, une entreprise peut recourir à l’affacturage ou factoring. Cette solution de financement permet à la société de transférer ses créances commerciales à un affactureur ou factor. Cet établissement financier s’attèle ainsi à la gestion du poste clients de la structure et s’occupe entre autres de l’imputation des règlements, la relance et le recouvrement. Bref, cette alternative de financement professionnel permet non seulement de renflouer sa trésorerie à court terme. Mais aussi de se libérer des tâches administratives (le plus souvent chronophages) en les confiant à une plateforme de factoring.

Une société d’affacturage peut également proposer une assurance-crédit aux entreprises qui souhaitent se prémunir de tout risque d’impayés de la part de leurs clients. Par ailleurs, plusieurs types de contrats d’affacturage existent. Dès lors, selon les besoins de la structure, celle-ci peut signer l’un des contrats d’affacturage suivants :

  • Notifié
  • Notifié non géré
  • Confidentiel
  • Sans recours
  • Avec recours
  • De balance

 

Le leasing ou crédit-bail

Pour financer ses besoins en équipements, une entreprise a tout aussi bien la possibilité de recourir à un leasing. Appelée également crédit-bail, cette solution de financement permet à une structure de se procurer un matériel, dont elle a besoin dans l’immédiat. Il s’agit d’ailleurs en général d’équipements ou d’autres biens immobiliers qui s’avèrent onéreux, mais nécessaires au développement de la société, peu importe la nature de son activité (agricole, industrielle, libérale, artisanale…).

En optant pour le leasing, une entreprise loue le bien qu’il souhaite utiliser et signe un contrat avec la société de crédit-bail. Une fois que le contrat arrive à son terme, le locataire a trois alternatives :

  • Mettre fin à la location en restituant le bien loué
  • Renouveler le contrat pour une nouvelle durée et négocier de nouvelles conditions
  • Acheter le matériel en location à un prix relativement bas

Bon à savoir

Le leasing est une option de financement qui s’adresse généralement aux entreprises qui bénéficient d’une bonne stabilité financière et qui peuvent présenter un ou deux bilans. Dans ces conditions, il est rare qu’une société nouvellement créée obtienne un crédit-bail.

 

Les Business Angels et Capital Risque

Pour financer leur développement, certaines startups sollicitent l’investissement des Business Angels, des particuliers qui apportent un soutien financier à des entreprises innovantes. Toutefois, l’intervention de ces investisseurs privés ne s’arrête pas uniquement à une simple aide financière. Les Business Angels donnent également des conseils aux entrepreneurs pour développer leur projet. En outre, ils prennent part aux décisions de la société et l’accompagnent sur le long terme. Raison pour laquelle il est judicieux de faire appel à des investisseurs qui possèdent la même vision stratégique. Et ce, afin d’éviter d’éventuels désaccords qui ne manqueront pas de mettre en péril et de freiner l’évolution du projet de la startup. En ce qui concerne le montant des investissements des Business Angels, il se trouve en moyenne entre 50 000 € et 150 000 €.

Pour les sociétés en phase d’amorçage ou de développement qui ont des besoins de financement importants, les Capital Risk représentent à coup sûr la solution la plus adaptée. De fait, les gestionnaires de fonds de capital-risque peuvent investir en moyenne des montants allant de 500 000 € jusqu’à 5 000 000 €. Contrairement aux Business Angels, ils n’ont pas vocation à demeurer au capital d’une société dans la durée. Ils envisagent une sortie à moyen terme, c’est-à-dire au moment où la structure atteint un certain seuil de rentabilité et arrive à un stade de développement suffisant.

Pour conclure, différentes solutions de financement s’offrent aux entreprises pour la concrétisation de leur projet. Il est néanmoins vivement conseillé de diversifier ses sources de financement et de les adapter aux besoins réels de la société et de son stade de développement.